vendredi 27 février 2009

CHANT BARDIQUE


Possibles sommeillant au sein glauque des eaux,
Du jour où les Trois Cris ont fait frémir l'Abîme,
Nous avons émergé du Chaos anonyme !

Math, au nom révéré, m'a marqué de son sceau :
Sans généalogie et sans humain lignage,
Je suis l'hôte inconnu, porteur du vieux message !

Je suis l'enfant de Math, l'auguste souveraine,
J'ai gardé le Chaudron sacré de Coridwen,
Vers Ynys Pybyrdor j'ai piloté Pridwen !

Je sais le chant de l'elfe et pourquoi la sirène
Exhale sa complainte au creux des noirs récifs,
Je sais tous les secrets du monde primitif.

Je suis l'enfant de Math, la Mère Universelle :
J'ai joué dans l'aurore et pleuré dans la nuit,
Je fus fleur du genêt, luisant rameau du buis,

Vipère tachetée aux yeux de rabucelle,
Loup-cervier dans le bois, aigle sur les hauteurs !
Je suis l'hôte inconnu, surgi des profondeurs…

De Gwynfyd en Abred et d'Announ en Gobren,
En tous lieux m'a porté ma course vagabonde :
Je sais tous les chemins et connais tous les mondes !

J'ai gardé le Chaudron sacré de Coridwen,
J'ai vu Menou l'Ancien tracer les premiers signes
Et Noé travailler à la première vigne.

Je suis l'hôte inconnu, porteur du vieux message…
Quand Menou vit briller, aux cieux, les Trois Rayons,
Je fus marqué par Math et choisi par Gwyon !

De Gwyon j'ai reçu le mystique breuvage
Conférant, à l'esprit qui l'a su mériter,
La suprême sagesse et l'immortalité.

En tous lieux j'ai vécu, rêvé, pensé, souffert :
J'ai retrouvé la clef des portes les mieux closes
Et surpris la Nature en ses métamorphoses.

Je sais tous les chemins de l'immense univers,
J'ai suivi Hu-Kadarn, j'ai piloté Pridwen,
Je suis l'enfant de Math, le fils de Coridwen !

… … … … … … … … … … … … … …
Vos ancêtres, jadis, m'ont appelé Myrddyn…
Puisqu'il vous faut un nom, je suis Taliésin !

André SAVORET
dans “Le Bûcher du Phénix”
Ed. de Psyché 1933.

A lire également : Ar Rannou.

6 commentaires:

Lucie Trellu a dit…

Quel chant inspiré !
Ca donne envie d'en lire plus...
Merci Pierre de cette découverte !

Mu a dit…

Bonjour et merci pour le lien sur la Goutte qui me permet de découvrir votre blog, d'une grande qualité tant sur le fond que sur la forme.
Je dois y aller, mais je repasserai après le week end avec un grand plaisir !!!
A bientôt

Lyriann a dit…

Oh ça c'est très beau dis-donc ! Ouaah ! Je le copie colle pour le relire !

Anonyme a dit…

Bonjour Pierre.

J'ai lu attentivement ce chant que vous avez posté et j'ai ainsi pris connaissance de votre profil.
Cette notion de passeur d'âme m'a franchement interpellé et je voudrais en savoir plus.

Nous sommes - avec quelques amis - à l'initiative d'un journal périodique qui s'intitule "les cahiers de l'enthousiasme" et nous nous donnons pour but, à travers l'étude des mythes, des contes, des légendes, de la littérature, philosophie et des sciences, de Réenchanter le monde.
Ce que nous disons en bref et à l'instar de Jung, c'est que le monde qui nous entoure est peuplé de cette magie qui vit dans nos têtes et que les mythes sont la composantes de notre psychologie.

Nous en sommes aux prémices, mais j'aurais aimé pouvoir m'entretenir avec vous de manière à pouvoir réaliser un portrait.
J'habite Paris et je suis assez mobile.

J'espère que je ne suis pas trop abrupt,

Bien à vous,

Franck.

PS : Je voulais pour le premier numéro de ma revue, publier quelques extraits de ce qu'on appelle les vêpres des grenouilles dont Bourgeon avait parlé dans son ouvrage les yeux d'étain de la ville glauque :
Tout beau, bel enfant du druide,
Répond moi tout beau,
Que veux-tu que je te chante?

Chante moi la série du nombre un jusqu'à ce que je l'apprenne aujourd'hui.

Pas de série pour le nombre Un,
Le trépas, père de la douleur, Rien avant, rien de plus...
etc.

Pierre a dit…

Bonjour Franck,

Ar Rannou, les Vêpres des grenouilles !

Cliquez sur :
http://sites.google.com/site/pitredelachesnaie/Home/pierre-duchesne
pour avoir mes coordonnées.

A bientôt
Pierre

Pierre a dit…

LES SÉRIES
OU
LE DRUIDE ET L’ENFANT
http://fr.wikisource.org/wiki/Les_S%C3%A9ries