lundi 27 juillet 2009

La Voie du magicien - Le Maître en soi



D'une manière fortuite, la veille de l'atelier sur Merlin (qui prolongeait l'atelier sur : Le Feu de l'Esprit) j'ai découvert deux ouvrages complémentaires :

1) La Voie du Magicien
de Deepak Chopra (2)


Présentation de l'éditeur
Le Dr Deepak Chopra a redécouvert l'enseignement de Merlin l'Enchanteur, qu'il considère comme le plus grand maître spirituel de la civilisation occidentale. En nous rapportant le dialogue de Merlin et de son élève Arthur, Deepak Chopra nous plonge au cœur même d'une sagesse sans âge et nous montre comment transcender la réalité quotidienne. Au fil de vingt leçons, vous apprendrez en même temps qu'Arthur l'art de vous libérer des limites et des illusions tout en décuplant vos possibilités d'épanouissement personnel. Chaque leçon s'appuie sur des exemples concrets et illustre l'éveil à un monde illimité: peu à peu, vous découvrirez le magicien qui est en vous. Entrez dans la grotte de cristal en compagnie de Merlin et commencez une quête initiatique passionnante qui transformera votre vie.

Quatrième de couverture
Dans la forêt, Merlin instruit le jeune Arthur et lui montre comment transcender la réalité quotidienne en modifiant la perception qu'il en a…
Au fil de vingt leçons, Arthur, qui est ici notre double, apprend l'art de se libérer de toutes les limites dont s'encombre l'esprit humain, tout en décuplant ses possibilités d'épanouissement personnel. Chaque leçon s'appuie sur des exemples concrets et illustre son éveil et sa conversion progressive au monde de l'illimité peu à peu se révèle le magicien qui se trouve en lui -en chacun de nous. Cette quête initiatique lui permettra, le jour venu, de transformer sa vie.
Sous la forme d'un dialogue entre maître et disciple, Deepak Chopra redécouvre l'enseignement de Merlin l'Enchanteur, qu'il considère comme le plus grand maître de sagesse de la civilisation occidentale.

En voici un extrait par L'Enfant Phénix :

L’Enseignement de Merlin : la voie du magicien

On me demande souvent pourquoi je me suis autant intéressé aux magiciens, alors que je suis originaire d’Inde. Ma réponse est simple : en Inde, les gens croient encore à l’existence des magiciens. Mais qu’est-ce qu’un magicien ? Un être qui ne se définit pas tant par ses « pouvoirs magiques » que par sa capacité à transformer la vie.

- Un magicien a le pouvoir de changer La peur en joie, la frustration en épanouissement.

- Un magicien a le pouvoir de nous libérer des limites temporelles.

- Un magicien nous entraîne au-delà des limites et nous projette dans l’illimité.

Autrefois en Inde, quand j’étais enfant, je connaissais déjà le pouvoir des magiciens. Il arrivait que des vieillards en sari blanc et sandales nous rendent visite, et le petit garçon fasciné devinait déjà en eux des êtres d’exception. Ils étaient parfaitement sereins ; ils rayonnaient de joie et d’amour. Ils semblaient complètement inaccessibles aux oscillations émotionnelles de la vie quotidienne. Nous les appelions gourous, guides spirituels. Mais il me fallut longtemps pour comprendre que gourous et magiciens sont identiques. Chaque civilisation a eu ses maîtres, voyant, ses guérisseurs ; gourou est le mot indien qui désigne le détenteur de la sagesse spirituelle.

En Occident, le magicien s’incarne surtout dans la figure de l’alchimiste, cet être capable de changer en or un métal ordinaire. L’alchimie est tout aussi familière aux Indiens, puisqu’ils l’ont inventée. Mais le terme d’alchimie a pour eux une valeur métaphorique. Il désigne la capacité à transformer un être humain en or, à changer nos sentiments primitifs – la peur, l’ignorance, la haine et la honte – en substances les plus précieuses qui soient : l’amour et l’épanouissement. Ainsi un maître capable de vous apprendre à devenir une personne libre et aimante est par définition un alchimiste… et l’a toujours été. Quand je suis entré au lycée de New Delhi, j’en savais déjà long sur Merlin, le plus célèbre magicien de l’histoire de l’Occident. Comme tout un chacun, je l’ai immédiatement aimé. Tous les aspects de son univers m’ont rapidement captivé. Je me rappelle encore les douzaines de strophes d’Idylles du roi, le poème épique de Tennyson, qu’on nous faisait apprendre par de longues et chaudes journées d’été. J’ai dévoré tous les autres textes relatant la légende d’Arthur que je pouvais me procurer. Il ne me paraissait pas insolite de tout savoir sur les paysages verdoyants et tempérés de Camelot, alors que je ne connaissais qu’un féroce soleil tropical, ni de vouloir chevaucher comme Lancelot alors que j’aurais suffoqué en armure, et je ne mettais pas en doute l’existence de la grotte de cristal de merlin, malgré les avis contraires des commentateurs pour qui les magiciens ne sont que des êtres de légende. Je savais que c’était faux parce que le jeune Indien que j’étais les avait rencontrés.

(…) Cela fait trente ans que je réfléchis à la science des magiciens. J’ai fait le pèlerinage de Glastonbury, j’ai parcouru l’ouest de l’Angleterre, escaladé le Tor et vu la colline où Arthur et ses chevaliers sont censés se reposer. Mais un penchant plus mystérieux, une soif de transformation continue de me ramener à la magie. J’ai senti chez mes contemporains un besoin grandissant de renouer avec cette science. Depuis que je suis adulte, je consacre ma vie professionnelle à parler et à écrire sur les moyens de parvenir à une liberté et à un épanouissement complets. Et j’ai compris, tout récemment, que c’était de l’alchimie que je parlais.

J’ai finalement décidé qu’une manière stimulante d’aborder ce sujet serait d’évoquer une des plus merveilleuses amitiés jamais relatées, celle de Merlin et d’Arthur dans la grotte de cristal. Dans ce livre, la grotte de cristal est un sanctuaire situé dans le cœur de l’homme. C’est un refuge sûr où s’exprime une voix pleine de sagesse et d’où est banni le tumulte du monde extérieur. La grotte de cristal a toujours abrité et abritera toujours un magicien – il suffit d’entrer et d’écouter. Le monde d’aujourd’hui est tout aussi magique que celui des générations passées. J. Campbell, le grand professeur de mythologie, disait que toute personne attendant au coin d’une rue le signal de traverser aspire au fond à pénétrer dans un univers d’aventures et de prouesse héroïques. Incapables de saisir, notre chance, nous traversons la rue sans remarquer l’épée fichée dans le rocher au bord du trottoir. Notre voyage dans le miraculeux peut commencer dès maintenant. La voie du magicien n’appartient pas à un passé révolu. Elle est toujours et partout possible. Elle appartient à tous et à personne. Le but de cet ouvrage est simplement de vous restituer ce qui vous appartient. Comme le disent les deux premières phrases de la première leçon :

Chacun de nous abrite un magicien.

Celui-ci voit tout, il sait tout.

Cette proposition sera la seule du livre qu’il vous faudra accepter sans preuves. Une fois que vous aurez découvert votre magicien intérieur, l’initiation progressera d’elle-même. Cette sorte d’apprentissage spontané a longtemps joué un rôle primordial dans ma propre vie quotidienne, alors que j’attendais, que je guettais les indications de ce guide intérieur. Il n’existe pas de plus fascinante manière d’apprendre. J’entendais la voix de Merlin dans les rires captés au vol à l’aéroport, dans les bruissements de branches d’arbres sur le chemin de la plage, et même à la télévision. Une gare routière peut se transformer en grotte de cristal si vous lui en donnez la possibilité. (…)


*****

Aphorismes de la Leçon 1 :

- Un magicien existe en chacun de nous. Ce magicien voit et sait tout.

- Le magicien est au-delà des oppositions lumière/obscurité bien/mal plaisir/douleur.

- Tout ce que voit le magicien plonge ses racines dans un monde invisible.

- La nature reflète les humeurs du magicien.

- Le corps et l’esprit peuvent dormir, mais le magicien reste toujours en éveil.

- Le magicien détient le secret de l’immortalité.

Récit:

- Prend, dit un jour Merlin en tendant soudain un bol de soupe à Arthur ; Goûte.

Arthur hésita un peu et pris le bol. C’était un délicieux potage de venaison et de racines sauvages que Merlin avait saupoudré de mystérieuses épices à son insu. La soupe était irrésistible et, au moment où Arthur y replongeait avidement sa cuiller, Merlin lui arracha le bol des mains.

- Attends, encore, marmotta Arthur, la bouche pleine.

Merlin secoua la tête.

- Le festin est tout entier dans la première cuillerée, sermonna-t-il.

Arthur, d’abord envahi par la frustration et le découragement, finit par remarquer qu’il était aussi satisfait que s’il avait avalé tout le potage.

Plus tard, alors qu’Arthur sommeillait sous un arbre, Merlin s’approcha silencieusement et déposa un grand bol de soupe à côté de lui. En s’éloignant, le sage murmura :

- Souviens-toi de ceci : à quoi serviraient toutes ces années d’école de magie si je n’étais pas capable de tout te montrer dès le première leçon ?

Comprendre la leçon

Il faut une vie entière pour assimiler l’enseignement du magicien, mais tout ce qui sera expliqué au fil des ans et des décennies est déjà présent dans la première leçon de Merlin. C’est le moment où le magicien se présente. Il dévoile le sens de sa vie, consacrée aux énigmes les plus profondes, celle de la mortalité et de l’immortalité. Sa démarche est toujours magique. C’est pourquoi Merlin (notre magicien intérieur) n’a pas véritablement de forme physique : pour lui les apparences physiques sont illusoires. Il a vu naître et mourir des mondes, il a survécu à tous les bouleversements, et sa réaction est toujours demeurée identique : le magicien voit. Les magiciens sont des voyant… Ils voient la réalité comme un tout, par-delà ses innombrables facettes.

- As-tu toujours été un magicien ? demanda Arthur.

- Comment aurais-je pu l’être ? répondit Merlin. Au début, quand je me promenais, comme toi, et que je rencontrais quelqu’un, je n’apercevais qu’une silhouette de chair et d’os. Mais après quelque temps, je remarquai qu’une personne habite une maison qui prolonge son corps – les êtres malheureux affligés d’émotions tumultueuses habitent des maisons désordonnées. Les êtres heureux et épanouis habitent des maisons ordonnées. Ce n’était qu’une observation mais, en y repensant peu après, je me suis dit qu’en voyant sa maison j’en apprenais plus sur cet être. « Puis ma vision s’est élargie. Quand je rencontrais une personne, je ne pouvais m’empêcher de voir sa famille et ses amis. Ils étaient aussi des prolongements de l’être qui m’en disaient long sur sa vraie personnalité. Et ma vision a continué de s’agrandir. J’ai commencé à percer le voile de l’apparence physique. Je voyais les émotions, les désirs, les peurs, les souhaits et les rêves. Ce sont aussi des parties visibles de l’être pourvu qu’on ait des yeux pour les voir.

« Je me suis mis à observer l’énergie qui émane de chaque personne ; Á ce moment l’assemblage physique de chair et d’os était devenu presque insignifiant et bientôt j’ai découvert, en chaque personne que je rencontrais, des mondes englobant d’autres mondes. Et j’ai compris que tout être vivant est à lui seul l’univers entier, revêtu d’un masque chaque fois différent.

- Est-ce vraiment possible ? demanda Arthur.

- Le jour viendra où tu comprendras que tu portes en toi l’univers entier et, ce jour-là, tu deviendras un magicien. En tant que magicien, tu n’habites pas le monde, tu le contiens.

Tout au long de l’histoire, le magicien a été recherché par ses contemporains où qu’il vécût – dans les forêts profondes, dans les grottes, dans les tours ou dans les temples. Il a aussi voyagé sous différents noms – philosophe, magicien, voyant, chaman, gourou. « Dites-nous pourquoi nous vieillissons et mourons. Dites-nous pourquoi nous sommes incapables de mener une vie heureuse. » Seul un magicien pouvait soulager les mortels du fardeau de tant de question difficiles.

Après avoir écouté très attentivement, les magiciens, les maîtres et les gourous faisaient tous la même réponse : « Je peux vous délivrer de toutes cette ignorance et de toute cette souffrance si vous comprenez que je suis en vous. Cette personne distincte à laquelle vous croyez vous adresser, c’est vous-même ; nous sommes un et, de ce point de vue, aucun de vos problèmes n’existe. »

Quand Arthur se lamenta un jour que Merlin le garde dans la forêt en ne lui offrant que de brèves excursions dans le monde, Merlin bougonna : Le monde ? Comment crois-tu que vivent ces gens que tu as vus au village ? Ils ne se soucient que du plaisir et de la douleur, poursuivant l’un et fuyant désespérément l’autre. Vivants, ils gâchent leur vie à s’inquiéter de leur mort. La perspective de la richesse et de la pauvreté les obsède constamment et alimente leurs pires angoisses.

Par bonheur le magicien intérieur ignore ces états. Parce qu’il voit la vérité, il est inaccessible à son contraire, car le jeu des contraires – plaisir et douleur, richesse et pauvreté, bien et mal – devient illusoire le jour où l’on assimile la vision plus ample du magicien. On ne saurait pourtant nier que ce drame de la vie quotidienne soit réel pour les gens ordinaires. Le spectacle superficiel de la vie n’est la vie que si l’on se fie aux impressions de nos sens*.

Les mortels se transforment en magiciens pour se délivrer de cette obsession de l’apparence et pour donner une réponse à leur quête de sens. L’existence doit être quelque chose de plus que cette vie-là, ont toujours pensé les mortels, sans savoir exactement en quoi consistait ce « quelque chose ».

- Passe ton temps à sonder non ce que tu vois mais le pourquoi de ce que tu vois, conseilla Merlin à Arthur.

Conclusion de la première leçon : regardez par-delà votre moi limité pour découvrir votre personnalité illimitée. Percez le masque de la mortalité et découvrez le magicien. Il est en vous et seulement là. Quand vous l’aurez trouvé, vous deviendrez également voyant. Mais la vision se développera à son heure, progressivement. Vous devez auparavant éprouver le sentiment que la vie dépasse ce que vous vivez. C’est comme une voix ténue qui murmure : « Trouve-moi. » Cette voix est calme, paisible, réconciliée et insaisissable. C’est la voix du magicien et c’est aussi la vôtre.

Vivre avec la leçon

Les préceptes de Merlin agissent subtilement, comme l’eau s’instille dans les profondeurs de la terre. L’eau qui jaillit du sol aujourd’hui est la pluie, tombée il y a des milliers, voire des millions d’années. On ne sait pas grand-chose sur la vie de cette eau cachée, où elle va, ce qui lui arrive au sein des roches souterraines invisibles. Mais un jour, propulsée par la gravité, elle remonte des profondeurs et, surprise ! jaillit totalement pure et fraîche. La parole de Merlin agit comme cette eau. Si vous vous recueillez pendant quelques minutes, les mots vont commencer à s’instiller en vous. Laissez-les vous imprégner et laissez la sagesse faire son œuvre. N’attendez, n’anticipez aucun résultat immédiat, mais soyez attentif à tout ce qui arrive. Tout ce qui arrive est utile.

La première leçon enseigne à découvrir votre magicien intérieur et à comprendre son point de vue, très différent du point de vue de l’esprit (du mental) ou de celui des émotions*. Les émotions procèdent par sensation et réaction. Elles sont aussi réactives que les tentacules d’une anémone de mer qui tressaillent quand on les effleure. La douleur provoque une contraction émotionnelle ; le plaisir entraîne dilatation et soulagement.

L’esprit (le mental) agit en revanche de façon beaucoup moins immédiate. Il contient un immense catalogue de souvenirs qu’il brasse continuellement. Il compare le nouveau avec l’ancien et rend sa décision : telle expérience est bonne, telle autre est mauvaise, ceci vaut la peine d’être répété, cela non… Ainsi les émotions réagissent immédiatement, instinctivement à toutes les situations, et leur spontanéité évoque celle d’un nourrisson qui sourit ou pleure si facilement. L’esprit, lui, consulte sa banque de données et réagit avec un temps de retard.

Le magicien ignore ces deux types de réaction, l’immédiate et la différée – Merlin est, tout simplement. Il voit et accepte le monde tel qu’il est. Cet acte n’a rien de « passif » pour autant. L’attitude du magicien à l’égard du monde obéit à une intuition fondamentale : « Tout ceci est moi même. » Par conséquent, en acceptant le monde tel qu’il est, le magicien l’appréhende dans la lumière de l’acceptation de soi, qui est la lumière de l’amour.

Il peut sembler étrange que le magicien s’explique si peu sur sa définition de l’amour. L’amour (pseudo-amour, passion affective) est une émotion particulière, un sentiment qui submerge comme une vague, une attraction très puissante qui répond à un stimulus irrésistible. L’esprit a ses propres façons de procéder qui ne sont pas si différentes : il aime répéter les expériences antérieures heureuses. « J’aime ceci » signifie fondamentalement : « J’aime répéter ce qui a été si agréable auparavant. » Ainsi, les émotions et l’esprit sont sélectifs. Il est pertinent de trier et de choisir, mais ces actes exigent un effort. On nous a appris que l’effort est bon, que rien ne s’obtient sans travail, mais ce n’est pas vrai. Être n’est pas le fruit d’un effort.

A un niveau plus subtil, le tri et le choix impliquent aussi le rejet. L’esprit ne peut envisager qu’un objet à la fois. Avant que vous puissiez dire : « J’aime cela », il faut avoir repoussé toutes les autres options. La peur joue un grand rôle dans ce rejet. L’esprit et l’émotivité n’envisagent pas la douleur et la souffrance de façon neutre ; ils les craignent et les rejettent. Cette habitude du tri et du choix se traduit par une grande dépense d’énergie, parce que l’esprit demeure sur le qui-vive, il veille continuellement à ce que les blessures, les déceptions, la solitude et tant d’autres expériences douloureuses ne se reproduisent pas. Quelle place laisse-t-il au silence ?

Sans silence, le magicien n’a pas la possibilité de se manifester. Sans silence, il ne peut y avoir de véritable compréhension de la vie qui est aussi fragile dans ses replis intimes qu’un bouton de rose.

Les mortels, ayant remarqué que les magiciens ignoraient la peur, vinrent demander conseil aux magiciens. Les magiciens accueillent à bras ouverts, acceptent tout ce qui leur arrive. « Comment arrivez-vous à une telle paix de l’esprit ? » demandèrent les mortels. Et la réponse des magiciens fut : « Regarde en toi-même, là où règne exclusivement la paix. »

Le premier pas dans le monde de merlin (notre magicien intérieur) consiste à reconnaître son existence – c’est suffisant.

En lisant cette leçon, il est possible que votre esprit se rebelle, refuse d’admettre la validité d’un autre point de vue, d’un autre chemin que le sien. Á cette réaction de méfiance vont peut-être s’ajouter l’anxiété, l’ennui, le scepticisme, le mépris – et d’autres sentiments analogues. Ne leur résistez pas. Ce sont simplement de vielles façons habituelles de trier et de choisir. Votre esprit se donne de l’importance en refusant. Il vous a fidèlement servi pendant des années en bannissant les choses désagréables. Mais la question est de savoir si cette tactique est efficace. L’esprit réussit peut-être à vous rendre intelligent, mais il est pauvrement équipé pour vous apporter le bonheur, l’épanouissement, la paix intérieure.

Merlin (notre moi divin) ne discute pas avec l’esprit. Les débats qui agitent la pensée ne le concernent pas, car le magicien ne pense pas : il voit. (et il est) Telle est la clé du merveilleux ; tout ce que vous voyez dans le monde intérieur se réalisera dans le monde extérieur. Vivez avec cette première leçon, laissez le fluide de la sagesse s’instiller peu à peu en vous par des voies mystérieuses, et observez. Votre magicien intérieur n’a qu’une aspiration : s’éveiller.

2) Le Maître en soi :
Les enseignements du Maître Saint-Germain

Par Pierre Lessard & France Gauthier

Présentation de l'éditeur
Le Maître en soi est un livre étonnant, qui bouscule les croyances et ébranle les tabous. Ecrit par la journaliste France Gauthier à partir d'entrevues et des " canalisations " du médium Pierre Lessard, cet ouvrage raconte d'abord le périple singulier d'un homme dont la vie a été transformée par les énergies du Maître Saint-Germain, qui utilise son canal pour transmettre des enseignements fabuleux. Le récit de la vie de Pierre Lessard, un ancien enseignant détenteur d'un MBA, dépasse souvent la fiction, bien qu'il soit tout à fait réel et authentique. En deuxième partie, on découvre les enseignements, basés essentiellement sur le fait que chacun de nous est un Maître, réalisé ou en devenir. Les grands thèmes existentiels y sont abordés, tels que le sens de la vie sur terre, l'amour, le bonheur, la sexualité, la maladie, la guérison, la réincarnation, le karma et les moyens de créer sa vie pour connaître enfin une joie profonde. Dans un langage simple et percutant, les enseignements du Maître Saint-Germain résonnent, provoquent, émeuvent, font rire, mais surtout, ils ont du sens. Un outil indispensable pour retrouver ses propres pouvoirs d'être humain à travers un accès direct à une partie de la Connaissance Universelle !

Biographie de l'auteur
Pierre Lessard consacre sa vie à la diffusion des enseignements du Maître Saint-Germain, qu'il canalise lorsqu'il est en transe profonde. France Gauthier est journaliste animatrice et auteure des best-sellers. On ne meurt pas (Libre Expression) et La vie après la mort (Editions La Semaine). Depuis janvier 2005, elle signe la chronique " La vie après la mort ", dans le magazine La Semaine.

*****

"La Connaissance n'est pas transmissible. Elle ne peut être que le fruit d'une expérience vécue.

Concepts, notions, préjugés, théories, sont autant d'obstacles qu'il faut dépasser pour goûter le joie que procure la liberté vraie, celle de l'Esprit.

Il faut un grand courage pour rester libre, pour vouloir ce qui est voulu, pour oser abandonner ce que d'autres chérissent.

Il faut beaucoup de lucidité pour se laisser guider par son maître intérieur, écouter la voix du veilleur silencieux, ou si l'on préfère, s'abandonner à Christ en Soi."

Frédéric Lionel dans "La Quête de l'Intemporel".
 Editions du Trigramme.

jeudi 23 juillet 2009

Rappel !


Pour tous renseignements :
Elisabeth AFFOLTER
HARPENCIEL
02 96 86 84 94 / 06 09 41 66 84

mercredi 15 juillet 2009

Rencontres « Terre d'Harmonies »


Les rencontres « Terre d'Harmonies »

auront lieu les 7, 8 et 9 Août 2009

à St André des Eaux - Côtes d'Armor (22)


Le samedi 8 août après-midi j'y animerai :

  • L’Eau dans sa simplicité est un élément d’une richesse inouïe, dont nous ne soupçonnons pas toues les potentialités.
  • Voici quelques uns des thèmes qui seront abordés au cours de la conférence :
  • L’Eau sur les plans symbolique, énergétique, physiologique.
  • L'Eau et les champs électromagnétiques.
  • L'Eau : une grande “plaque sensible” (à la musique, aux sentiments, à la pensée…).
  • Des moyens simples pour redynamiser et restructurer l’Eau.
  • L’Eau une panacée universelle ?
Programmation détaillée sur Terre d’Harmonies 2009

J'ai noté deux conférences débat :

  • Le vendredi à 16 h : « La répression parentale » avec Brigitte Tichané. Comment les schémas psychologiques non réglés des parents influent sur le comportement de l'enfant et retiennent son épanouissement. Plus d'infos ICI, et ici aussi !

  • Le samedi à 15 h 30 : « La pédagogie Montessori » avec Catherine Michalski. L'enseignement selon l'Italienne Maria Montessori (1870-1952). Plus d'infos ICI, et ici aussi !

A noter également la présence de mon ami conteur Jean-Pierre Mathias (les 7 et 8 août) dont je vous invite vivement à consulter l'agenda !

lundi 13 juillet 2009

Rituel Chamane



les 26/27 septembre 2009, à Paris
Catherine DARBORD & Gérard LONGUET

La richesse de la rencontre
de l’ostéopathe dans l’écoute du corps,
de la vibration sonore au service de l’harmonisation,
et du chamane dans sa vision du corps et de l'être,

Un rituel chamane de nettoyage et de transformation, véritable cérémonie de «transcendance», selon la tradition des indiens Shipibo d’Amazonie péruvienne, favorisera un état d’ouverture, de clarté et d’attention propice aux soins, à la guérison et à la connaissance intérieure.

Dans cet espace de confiance et d’acceptation sans conditions, le regard sur soi et sur le monde change, permettant de se connecter à sa propre essence. Les potentialités insoupçonnées peuvent alors émerger.

Voir, entendre, sentir, toucher, goûter, chanter, être en relation (aimer), Être… tout simplement, prennent alors une toute autre dimension : un sens plus profond, plus vertical, manifestant la richesse des différentes facettes de notre être et de la création dans la présence au corps.

Les animateurs :

Spécialiste du chant harmonique, Catherine DARBORD est également musicienne, thérapeute psycho-corporelle et éducatrice spécialisée. Habituée du voyage chamanique, elle accompagne chacun davantage vers lui-même.

Ostéopathe depuis 1991, Gérard LONGUET accorde, au-delà de la connaissance du corps, une attention et une place particulières à «prendre soin de l'Être» : une attention tournée vers l'ouverture de la conscience et en lien avec la nature.

Lieu du stage : à Paris

Tarif :

  • 170 € (dont arrhes de 50 €, non remboursables 8 jours avant), hébergement compris
  • 140 € pour étudiants, chômeurs et personnes ayant déjà participé à un stage avec nous deux, hébergement compris
Renseignements et inscriptions :

Stage de chant


Bonjour,

J'ai le plaisir de vous annoncer, une fois n'est pas coutume, un stage de chant que j'organise en collaboration avec Isabelle BESNARD et l'École de Musique de Dinard fin août :
chants des 13è au 15è siècle avec Petter Udland Johansen.

Veuillez en trouver ci-joint les détails,

Harpistiquement,

Elisabeth AFFOLTER
HARPENCIEL
02 96 86 84 94 / 06 09 41 66 84

vendredi 10 juillet 2009

La douce vie des fées des eaux


Babel/Actes Sud 1999


Avec Vie et mœurs des lutins bretons, paru chez Babel/Actes Sud en 1998, Françoise Morvan nous proposait de partir à la découverte du domaine des follets, korrigans, poulpiquets, nozegans et autres créatures plus ou moins portées à la facétie, qui, non contents de hanter la Bretagne, avaient nourri les enquêtes de terrain les plus méticuleuses des collecteurs de traditions populaires.

C'était aussi le moyen de combattre par l'humour les dérives identitaires et de retrouver la force vive du folklore, bien éloigné des stéréotypes auxquels on a pu le réduire. Pour prolonger cette enquête, elle nous invite à découvrir les fées des eaux, sirènes, ondines, fées des houles et dames des fontaines qui ont, depuis des siècles, bercé les rêveries des villageois : à partir des traditions populaires qui nous donnent à connaître ces fées si différentes, elle nous amène aux lisières de ces récits étranges, plus beaux parfois que les poèmes auxquels ils ont donné lieu, où le romantisme européen, puisant dans le Moyen Age, a trouvé sa source.

« Je suis mon cheminement tout en digérant et en acceptant ce qui a été expérimenté. Je vis, je comprends et j'intègre. »

mercredi 8 juillet 2009

Fées, Naïades et Nymphes


Qui n’a pas souhaité un jour changer le cours de son destin ? Devenir plus beau, plus riche, plus jeune ? Oui, mais comment ? Soit votre prochain cadeau d’anniversaire sera une baguette magique, soit vous ouvrez ce livre. Mais attention, ces pages n’abritent que de vraies fées : les dames du destin.Inquiétantes Parques, fileuses de mauvais coton ou belles jeunes filles à la longue chevelure, elles hantent les sombres forêts ou les eaux troubles et ne se montrent que pour bouleverser votre vie. Le lecteur rencontrera ici Mélusine, Morgane et toutes ces enchanteresses. Qu’elles soient grecques, alsaciennes, galloises ou corses, elles comblent de bienfaits mais sont aussi capables d’infliger la désolation.

Dépitées par l’ingratitude des hommes, elles auraient, dit-on, quitté notre bas monde, nous laissant seuls et désorientés, avec au cœur le chagrin insurmontable d’être passés à côté de notre destin.

Alors seuls l’imagination des peuples, leurs contes, leurs mythes et leurs légendes vous rappellent qu’il fut un temps où les fées enchantaient notre existence.

Fidèle à l’esprit de cette collection, Dominique Besançon nous offre ici un beau florilège de textes français et étrangers. Le thème de la fée y est traité sous ses multiples facettes : fées des bois, des eaux, de l’air… fées bienfaisantes, malfaisantes, souvent ambiguës et toujours fascinantes. Un choix appuyé de commentaires qui respecte la valeur symbolique de ce merveilleux personnage.

Passionnée de traditions et littérature populaires, Dominique Besançon a soutenu, en 1985, une thèse sur La Légende de la Mort, de l’écrivain et folkloriste breton Anatole Le Braz. Elle a, depuis, participé à une trentaine de publications : essais, préfaces, anthologies… pour la plupart consacrées à la Bretagne où elle réside.

lundi 6 juillet 2009

La figure de Merlin : folie ou éveil spirituel ?


Le samedi 18 juillet
dans le cadre du festival « CELTIE EN FÊTE »
qui se déroulera à La Maison des Sources
du lundi 13 au dimanche 19 juillet
je vous propose :
une journée à la rencontre de Merlin
l’Émerillon *
qui se déroulera en deux temps :

- Une causerie le matin de 10 à 12 h à la Maison des Sources
- Une randonnée en forêt l’après midi de 14 à 18 h.

Renseignements et inscription :

La Maison des Sources
Librairie - Salon de Thé - Animations
13, rue de Brocéliande
56430 TREHORENTEUC
Tél : 02 97 93 08 73


Ce visage d'un inconnu du Vè siècle a inspiré à Barjavel celui qu'il prête à Merlin.
Il l'a découvert dans la mosaïque byzantine de l'église Saint-Georges, à Salonique.


* Faucon émérillon (Falco columbarius)

Mariage d’aigle et de colombe l’Esmerillon [Nom scientifique : Falco columbarius - Synonymes : Merlin (Angl), Merlin (Alle), Esmerejón (Espa), Smelleken (Neerl), Smeriglio (Ital), Stenfalk (Sued), Derbnik (Russ)] de par son vol stationnaire était au moyen-âge l’un des symboles du St Esprit, équivalent de l’Awen des celtes symbolisé par les trois rais ou Tribann.

Faucon émerillon

Lorsque Dieu prononça son Nom, de Sa Parle jaillirent la Lumière et la Vie.

Le livre du bardisme, ou, Abrégé du Barddas
de Paul Ladmirault

La lumière du Tribann

Ces 3 traits représentent l’Amour, la Science et la Vérité, mais ils peuvent aussi être remplacés par les lettres du triple son divin O. I. W comme l’attestent les paroles du barde Jean Rudd :
“L’Eternel, l’Origine, l’Existant par Soi, le Dispensateur… “.

L’aigle et la colombe

“Mais plus que tout autre centre d’énergie psychique, le huitième chakra se distingue par une vie intense qui va jusqu’à modifier sa propre forme…

Plus il s’ouvre, autrement dit plus celui qui le manifeste devient aimant et sans frontières, plus il se déploie et, en se déformant, projette vers le haut trois flammes de lumière : deux d’entre elles jaillissent de chaque côté de la sphère qui s’amenuise tandis que la troisième s’élève au sommet de celle-ci. Pour l’œil capable de percevoir une telle radiance, l’ensemble fait alors songer à un trident s’échappant d’une petite sphère.

Comment ne pas songer au trident de Shiva ? Comment ne pas voir également dans cette figure lumineuse, la silhouette globale d’un oiseau qui descend, les ailes déployées ?
Mariage d’aigle et de colombe,…

Ainsi, tous les sages, tous les maîtres ascensionnés, tous les Christs et tous les Soleils de tous les univers sont-ils, entre autres, coiffés du signe de l’oiseau ou encore de la patte d’oie *, emblème de celui qui parvient à entendre. ”

* On remarquera que ce signe est constamment présent sur le chemin des pèlerins de Compostelle et qu’il habite subtilement aussi le “jeu de l’Oie”, le jeu de celui qui sait “ouir”.

Comment dieu devint Dieu
Daniel Meurois-Givaudan
Le Perséa

Merlin et la Folie, tout un programme !

Le voici sous son houx, le vieux fou…
Il est assis sur un tas de sous, et il s'en fout !

Et quand Mathurin règne avec Merlin…

Je vous laisse chercher la chapelle et sa fontaine dont l'eau est excellente.


Et voici un clin d'œil alchimique ;-)

Fulcanelli dans ses Demeures Philosophales, illustrées par Julien Champagne, au chapitre intitulé L'homme des bois :

"Mercure apparaît sous l'aspect d'un fou de cour. On le voit, coiffé du capuce à pèlerine d'où pointent deux longues oreilles, tenir un caducée en guise de marotte...

Le mercure, appelé fou du Grand Œuvre, à cause de son inconstance et de sa volatilité, voit sa signification confirmée dans la première lame du Tarot, intitulée le Fou ou l'Alchimiste."

Une autre piste : La figure de Merlin : folie ou éveil spirituel ?

Et une citation tirée de ce "cite à scions" (du bois évidemment) :

Nous devons éveiller la pleine capacité de l'esprit dans ces couches superficielles actives au cours de la vie quotidienne et aussi comprendre ses couches cachées. Il se produit alors une plénitude de vie en laquelle la contradiction avec ses alternances de souffrance et de douleur, n'existe plus.

J. KRISHNAMURTI

Bibliographie :

  • Merlin le prophète ou le livre du Graal, roman du XIIIe siècle mis en français moderne par Emmanuèle BAUMGARTNER, Stock + Moyen Age
  • Merlin, ROBERT DE BORON, trad. par Alexandre Micha, Flammarion [trad. suivie d’extraits de la Vita Merlini de Geofrroy de Monmouth et de la Suite-Vulgate]
  • La vie de Merlin, Geoffrey de Monmouth, trad. Isabelle Jourdan, Climats
  • Merlin l'Enchanteur ou l’éternelle quête magique, Jean Markale, Albin Michel
  • Le devin maudit - Merlin, Lailoken, Suibhne. Textes et étude
    Edité par Philippe Walter
  • Le Testament de Merlin, Théophile Briant, Champion-Slatkine
  • L’Enchanteur, René BARJAVEL, Paris, Denoël
  • Myrdhin ou l’enchanteur Merlin, Hersart de laVILLEMARQUÉ, Terre de Brume
  • Fées, bestes et luitons. Croyances et merveilles dans les romans français en prose, Christine Ferlampin-Acher, Presses de l’Université de Paris-Sorbonne (« Traditions & croyances »)

Chant Bardique

Possibles sommeillant au sein glauque des eaux,

Du jour où les Trois Cris ont fait frémir l'Abîme,
Nous avons émergé du Chaos anonyme !

Math, au nom révéré, m'a marqué de son sceau :
Sans généalogie et sans humain lignage,
Je suis l'hôte inconnu, porteur du vieux message !

Je suis l'enfant de Math, l'auguste souveraine,
J'ai gardé le Chaudron sacré de Coridwen,
Vers Ynys Pybyrdor j'ai piloté Pridwen !

Je sais le chant de l'elfe et pourquoi la sirène
Exhale sa complainte au creux des noirs récifs,
Je sais tous les secrets du monde primitif.

Je suis l'enfant de Math, la Mère Universelle :
J'ai joué dans l'aurore et pleuré dans la nuit,
Je fus fleur du genêt, luisant rameau du buis,

Vipère tachetée aux yeux de rabucelle,
Loup-cervier dans le bois, aigle sur les hauteurs !
Je suis l'hôte inconnu, surgi des profondeurs…

De Gwynfyd en Abred et d'Announ en Gobren,
En tous lieux m'a porté ma course vagabonde :
Je sais tous les chemins et connais tous les mondes !

J'ai gardé le Chaudron sacré de Coridwen,
J'ai vu Menou l'Ancien tracer les premiers signes
Et Noé travailler à la première vigne.

Je suis l'hôte inconnu, porteur du vieux message…
Quand Menou vit briller, aux cieux, les Trois Rayons,
Je fus marqué par Math et choisi par Gwyon !

De Gwyon j'ai reçu le mystique breuvage
Conférant, à l'esprit qui l'a su mériter,
La suprême sagesse et l'immortalité.

En tous lieux j'ai vécu, rêvé, pensé, souffert :
J'ai retrouvé la clef des portes les mieux closes
Et surpris la Nature en ses métamorphoses.

Je sais tous les chemins de l'immense univers,
J'ai suivi Hu-Kadarn, j'ai piloté Pridwen,
Je suis l'enfant de Math, le fils de Coridwen !

… … … … … … … … … … … … … …
Vos ancêtres, jadis, m'ont appelé Myrddyn…
Puisqu'il vous faut un nom, je suis Taliésin !

André SAVORET
dans “Le Bûcher du Phénix”
Ed. de Psyché 1933.

QUI SUIS-JE ?

"Je suis un barde de la Nature et j'appartiens à Elphin.
Mon pays d'origine est la région des étoiles d'été.
Jean le Prophète m'appelait l'homme de la Mer.
Mais les rois de l'avenir m'appeleront TALIESIN…
Je suis l'instructeur de tout l'univers.
Et le serai jusqu'au jugement sur la face de la Terre.
J'ai été en une demeure périlleuse
Au dessus du cercle du Zodiaque.
Et je continue d'évoluer entre trois éléments.
Il n'y a pas de merveille au monde que je ne puisse révéler.
J'ai été neuf mois pleins dans le sein de Keridwen ;
Je fus Gwyon autrefois et maintenant je suis TALIESIN.
Je suis un habile compositeur, un clair chanteur.
Je suis acier, je suis druide !
Je suis architecte, je suis homme de science…
Je suis dépositaire du chant, je suis homme de lettres.
Je suis reposoir du mystère.
Je suis TALIESIN, et je défendrai le vrai lignage
Jusqu'à la fin des temps, au profit d'Elphin.
Rouge est la pierre de ma ceinture,
Mon bouclier est bordé d'or.
Gemme d'or en un joyau d'or, je suis splendide.
Je suis habile au travail des métaux…
Je suis celui qui anime le feu en l'honneur de Dieu le maître,
Pour tout ce qui concerne le chant aux assemblées des orateurs.
Je suis le sage de la Science primitive.
Je suis l'astrologue averti,
Je connais la loi de l'inspiration féconde.
Je suis un barde qui sait l'Astrologie,
Et qui récite son chant inspiré,
Au couchant d'un beau soir, parmi les pierres…
Je suis le maître tranquille qui conseille les bardes de ce pays
Je suis TALIESIN chef des bardes de l'Occident.
TALHAEARN est le grand maître des astres.
Je connais l'imagination des arbres,
Je connais la signification des arbres.
De l'inscription des arbres des sages je comprends mon institut.
Les pointes des arbres imitateurs,
Que murmurent-elles si puissamment ?
Quels sont les divers souffles qui sont dans les troncs ?
Ces choses sont lues par les Sages
Qui sont versés dans la Science."

Extraits de :

"Les Grands Bardes Gallois"
de Jean Markale - Ed. Jean Picollec
et
"La tradition celtique dans l'art Roman"
de Marcel Moreau - Ed. Le Courrier du livre.

vendredi 3 juillet 2009

Le chant des oiseaux...


et peut-être le Souffle du Vent ?


Pour tous les Amateurs d'Oiseaux, un site découvert dans le magazine Panorama, à consulter ABSOLUMENT : http://www.oiseaux.net/

(des photos, des fiches très complètes sur des oiseaux de France, d'Europe et du monde entier, et surtout des chants d'oiseaux!!).

Si vous voulez en savoir plus sur le chevalier Arlequin, le Cygne chanteur, le Faucon Pèlerin, l'Émerillon, l'Ibis Sacré, le Milan Royal, l'Ouette d'Egypte ou le Rougegorge familier...

A transmettre à tire-d'ailes...


Pascale BREGNON

mercredi 1 juillet 2009

La Porte est en dedans !



Voici la Porte de l'Éternel…

« La Pierre qu'ont rejetée les bâtisseurs,
Est devenue la tête de l'angle ! »

Psaume 118.20 & 22
(Cité dans Mt 21.42 ; Lc 20.17 ; Ac 4.11 ; Ep 2.20 ; 1 P.2.1,7)

« J'ai mis pour fondement en Sion une Pierre,
Une Pierre de granit (éprouvée),
Une Pierre angulaire de prix, solidement posée ;
Celui qui la prendra pour appui sera sans crainte !

Pour les autres elle sera :
Une Pierre d'achoppement,
Un Rocher de scandale. »

(Adapté de Esaïe 28.16 ; 1 P 2.6 ; Rm 9.33)

« Veillez à ce que personne ne vous égare en disant : “Le voici, Le voilà.”
Car c'est à l'intérieur de vous qu'est le Fils de l'Homme ;
allez à Lui : ceux qui Le cherchent Le trouvent
En marche ! Annoncez l'Évangile du Royaume. »

(L'Évangile de Marie - traduit par Jean-Yves Leloup - Ed. Albin Michel)