vendredi 9 janvier 2009

LE GRAAL


Vieille dalle de granit d'un ténébreux enfer
Rivée par des menhirs que les Anciens levèrent
De leurs mains de Géant.
Bretagne, tu deviendras le soc d'un autre monde
Pour de nouveaux labours, des moissons plus fécondes
Jusques à la nuit des temps.
Car c'est un jour d'été à la fin de notre ère,
En la ville d'Aleth, là où le fleuve Mère
Se nourrit d'Océan,
Qu'un dieu est apparu sous les arbres mythiques,
A l'endroit où veillait un calvaire celtique
Effacé par les ans.
Un long manteau plissé l'habille jusqu'à terre
Rouge comme le bandeau couleur de mystère
Enserrant son front blanc.
Ses yeux sont bleus et clairs, son visage christique.
Il est jeune et s'approche du point messianique
Où le témoin l'attend.
Bandeau, Cercle divin et Source de Lumière,
De chaleur et de Vie, brulant Cromlec'h solaire,
Astre des nouveaux temps.
Tu restes l'inconnu de la vision cosmique,
L'Alpha et l'Oméga que la mer Gaélique
Dissipe lentement.
Dieu rouge des Anciens, creuset d'âmes et de pierres,
Quand le Sage apeuré se calfeutre et se terre,
Tu veilles sur tes enfants.
Que monte à ton parvis des terres d'Armorique,
Des cantiques bretons aux anciennes mystiques,
La ferveur de leurs chants.
Alethia-Véritas, Gardienne du Calice,
Dans lequel a coulé le sang du sacrifice,
De l'ère des Poissons ;
Le Saint-Graal est en toi, d'or, d'ivoire et de jade,
Et vous le trouverez chevalier Galaad
Sur les marches d'Aron.
Le grand effroi passé fleurira de verveine,
L'oiseau ramènera le gui au creux du chêne
Pour les faucilles d'or.
L'Homme redressera la vieille croix rustique
Et le vent reprendra l'éternelle musique
Des harpes de l'Armor.
Celtes, vous connaîtrez le bonheur édénique,
Peuple nu, insoumis, qu'indiffère la mort ;
Dieu vous protégera de sa rouge tunique
Des remparts de Guérande, aux rochers de Glen-More.

AR ROH ILIA

Extrait de la revue AR GWYR n° 35

1 commentaire:

Lucie Trellu a dit…

Superbe et profond, mots qui résonnent en moi et me mettent en émoi. Frisson de l'âme effleurée par l'Esprit...